mercredi 10 août 2016

Ils ont passé la nuit à veiller sur les ovnis - Y.R. du 08 août 2016




C'était la nuit des étoiles, samedi soir (NDLR. Samedi 08 Août 2016). Mais à l'aérodrome de Branches, c'était aussi la veillée des ovnis. Autour de Rémy Fauchereau, un ufologue icaunais, quelques curieux se sont prêtés au jeu. Reportage.

« Officiellement, on est là jusqu'à 5h00 du matin ?! Officieusement, il nous arrive de rentrer plus tôt » sourit Christophe Suricate. Originaire de Picardie, cet ufologue a fait le déplacement jusqu'à Auxerre… Spécialement pour la veillée aux ovnis.

Opération Suricate

Organisée samedi soir à l'aérodrome de Branches, cette soirée a rassemblé une quinzaine de curieux. Des passionnés d'astronomie, qui profitent d'un télescope pour observer les étoiles. Et des passionnés d'ufologie, qui scrutent le ciel à la recherche de phénomènes paranormaux.
Christophe Suricate, lui, a les yeux rivés sur son ordinateur. Car il collecte et analyse, en temps réel, des rapports qu'on lui envoie des quatre coins de la France. Agent de sécurité dans le civil, cet ufologue de 42 ans est à la tête des « Cercles Suricate ». Soit plus de 1000 observateurs d'ovnis, répartis dans tout le pays, prêts à dégainer leur smartphone pour photographier le moindre PAN, comme phénomène aérospatial non-identifié. « Nous avons lancé une application mobile gratuite, Opération Suricate, qui permet à nos veilleurs de nous alerter très vite », glisse Christophe Suricate.

Le responsable du Cercle Suricate de l'Yonne, c'est Rémy Fauchereau, un habitant de Charbuy. Muni d'un scanner aérien, une sorte de talkie-walkie, il se cale sur la fréquence « Seine Transit ». « Cela permet d'écouter les conversations qu'ont les pilotes avec les tours de contrôle de Roissy ou d'Orly », explique-t-il. Alors, s'il voit quelque chose, il sait si les pilotes le détectent aussi.

« Un point lumineux »

Ce soir, rien d'anormal. Ni de paranormal. Mais lors d'une soirée d'octobre 2010, ici même, à l'aérodrome, Rémy Fauchereau a fait une drôle d'observation : « Un point lumineux. Une petite boule blanche, au ras de l'horizon, qui est devenue grosse comme un pamplemousse. Au départ immobile, elle s'est dirigée vers le Sud. Et ce n'était pas un avion, car il n'y avait pas de feu anti-collision ». Très vite, l'ufologue icaunais a contacté un radariste : pas le début d'une explication.
Un ovni ?? « Dans l'Yonne, j'en ai déjà vu une, deux, trois… quatre fois », confie Michel, 68 ans, en montrant une photo faite avec son smartphone. « Mais il faut admettre que l'on voit davantage d'étoiles que d'ovnis ?! Alors on passe le temps... » dit-il en plongeant son regard vers la voie lactée.

Article de Romain BLANC – Journaliste à l'Yonne Républicaine – édition du 08/08/2016


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon texte ici